Welcome to US.


Il est sept heure seize quand nous nous réveillons dans ce petit, tout petit appartement de Brooklyn. La nuit fut courte, et mouvementée. 

Il faut dire que nous avons commencé très tôt la veille, en attendant sept heures à l’aéroport notre vol, en mangeant des sandwichs triangles a 5€, car tout le reste était fermé. 

Tout s’est bien passé (hormis le fait qu’on soit évidemment à côté des seuls mioches imbuvables de l’avion) jusqu’à l’atterrissage. 

C’est fou comme les huit dernières minutes du vol nous ont paru plus longues que le vol entier (mais pas autant que pour Mireille, à trois rangées de nous, qui s’accrochait de toutes ses forces au siège, et révisait ses cours de sophro, en respirant le plus lentement possible afin de ne pas se faire dessus). 

Et c’est à partir de ce moment ci, quand nous pensions que nous avions traversé le plus dur, que commença l’épopée la plus incroyable de l’histoire de la douane. 

Trois heures, oui littéralement trois, pour pouvoir récupérer notre valise. 

Il est alors 6:20 du matin chez vous, quand nous passons devant ce charmant monsieur de la douane, qui, lui non plus n’en peux plus de cette attente.

Voilà, nous y sommes, il est minuit heure locale, et nous prenons notre Uber pour rejoindre notre airbnb. 

Nous réveillons notre hôte (qui nous attendais depuis neuf heures pm), et nous plongeons sous nos draps. 

Bref, nous sommes arrivés aux us.